Catalogue

FLEUVE
(12 pouces + téléchargement/12 inch + download)
TAUS 005

Il est de ces nostalgies où le grand manque ressenti est pour un certain endroit à une certaine époque, quelque chose qui n'existe plus, qu'on ne pourra plus jamais revivre.  "Fleuve", le nouveau disque de Ô PAON, s'inspire en partie de cette nostalgie: les hivers froids où il y avait beaucoup ne neige, les moments passés seule à la maison à réfléchir sur son lit, ou les longues marches dans les banlieues de Montréal au temps où il fallait utiliser un téléphone public pour contacter ses proches.  

Le "fleuve"  en question est bien entendu le fleuve Saint-Laurent.

Ce genre d'album-concept commence à l'adolescence, on y rencontre en chemin de jeunes fugueurs, et l'histoire se termine avec le retour au Québec d'une narratrice nerveuse de se sentir différente, à un point tel qu'elle ne se reconnaît plus, qu'elle ne sait plus comment trouver sa place dans la société qui l'a élevée.

Sur ce disque, Ô PAON (Geneviève), montre ses influences de façon plus intentionnelle qu'auparavant.  Les guitares sont électrifiées et distordues, on y reconnaît les textures de cette époque pré-internet mentionnée ci-haut.  Comme sur les autres disques de Ö PAON, les paroles sont le résultat d'un mélange de colère et de frustration.  Geneviève adresse directement son sentiment d'impuissance face aux politiques des gouvernements canadien et québécois.  Elle demeure présentement aux États-Unis, elle a perdu son droit de vote et elle ne sait pas quand elle reviendra habiter dans son pays natal.

"Fleuve" est une lettre d'amour écrite à quelqu'un qui nous énerve.

L'album a été enregistré à Anacortes (dans l'État de Washington), dans une ancienne église catholique à la fin du mois d'octobre et au début du mois de novembre 2013 avec l'Australien Gus Franklin (avec qui Ô PAON avait travaillé sur Quatorze/Quinze Ans).

Personnel:
Geneviève: guitares, basse, orgue, mellotron, voix.
Gus Franklin: synthétiseurs, mellotron, percussions, batterie.
Lori Goldston: violoncelle.
Nick Krgovich: voix.

--

There is a type of nostalgia where the yearning is for a certain place at a certain time, something which no longer exists, something you'll never be able to re-live.  "Fleuve", the new record by Ô PAON, is partially inspired by this very nostalgia: the cold winters when there would be a lot of snow, the times spent alone at home pondering while lying on your bed, or the long walks in the suburbs of Montréal in a time when you had to use a payphone to contact your people.

The "fleuve" (river) we are talking about here is obviously the Saint-Lawrence River.

This sort of concept album starts off in adolescence, along the way we encounter young runaways, the story ends with the Québec homecoming of a narrator who is nervous about feeling so different that she is completely alienated by it, she doesn't know what role to play in the society which raised her.

On this record, Ô PAON (Geneviève), shows her influences more intentionally than ever.  The guitars are electrified and distorted, we recognize the textures of the pre-internet era mentioned above.  Just like on previous Ô PAON records, the lyrics are the result of a mix of anger and frustration.  Geneviève addresses directly her feelings of powerlessness when faced with the politics of Canada's and Québec's respective governments.  She is now living in the United-States, she has lost her right to vote and doesn't know when she'll come back to live in her home country.

"Fleuve" is a love letter written to someone who annoys you.

The album was recorded in Anacortes, Washington, in an old catholic church at the end of October and beginning of November 2013 with Australian friend Gus Franklin (with whom Ô PAON had worked on Quatorze/Quinze Ans).

Personnel:
Geneviève: guitars, bass, organ, mellotron, voice.
Gus Franklin:  synthesizers, mellotron, percussions, drums.
Lori Goldston: cello
Nick Krgovich: voice



FLEUVE
prix/price
12 pouces + téléchargement/12 inch + download
15$
--

morceaux/tracks

1. FLEUVE i.
2. RIVE-SUD
3. FILLE TANNÉE
4. BOUE / FLEUVE ii.
5. VOIE MARITIME
6. GRAND SEC / ALUNISSAGE
7. TRANSCANADIENNE
8. BOUÉE
9. FLEUVE iii.


Quatorze/Quinze Ans
(10 pouces + téléchargement/10 inch + download)
TAUS 004

Certains disent que la petite ville d'Anacortes, dans l'état de Washington, a des pouvoirs magiques qui ont tendance à se faire remarquer plus clairement l'été. Pour des raisons assez floues, des gens à l'esprit créatif venus de partout autour du monde se retrouvent de passage à Anacortes, le temps d'y faire quelques plans pour un séjour plus long dans un avenir proche. Gus Franklin, un musicien Australien demeurant à Melbourne, a passé l'été 2008 en tant qu'artiste en résidence au Department of Safety (une maison composée d'un studio d'enregistrement et d'une salle de concert dans l'ancienne caserne de pompiers et l'ancien poste de police). Gus a gardé le contact et il est revenu passer quelques semaines en 2009 et 2010.

Geneviève Castrée (Ô PAON) avait envie de travailler sur un disque avec Gus et un ami commun, le chanteur canadien Nicholas Krgovich. Gus et Nick ont tous les deux fait leurs preuves en tant que producteurs novateurs de musique pop formidables, tandis que le style de Geneviève est plutôt sale, désespéré et désorganisé. Pour des raisons assez floues elles aussi, le défi les a fasciné tous les trois.

Au début, plusieurs idées ont été lancées, puis rejetées. À un moment donné, la brutalité du caractère de Ô PAON a envahi tout ce qui avait été commencé. Les chansons se sont inspirées des moments les plus surréalistes de l'adolescence, les épreuves les plus difficiles, mais aussi des parties étrangement extatiques. Toutes les paroles ont été écrites du point de vue d'une jeune adolescente aliénée.

Tout au long des deux séances d'enregistrement, des petits miracles se sont produits. Hors-Terre est apparue un jour où Gus faisait jouer en boucle sur son ordinateur une musique que Geneviève pensait avoir écrite elle-même. La voix sur Arbres Muets a été enregistrée tout de go, avec à la main la feuille sur laquelle les paroles venaient à peine d'être écrites, un premier essai auquel rien n'a été rajouté. D'autres fantômes ont fait leurs apparitions, le Department of Safety étant la demeure d'au moins sept personnes à l'époque. La deuxième séance d'enregistrement s'est déroulée tard dans la nuit dans un des édifices les plus vieux d'Anacortes. Des micros ont été installés en douce dans un studio de yoga où il y avait un piano et des fenêtres grandes ouvertes ; le vent marin qui soufflait cette nuit là fait maintenant partie intégrante du disque.

Quatorze/Quinze Ans est en quelque sorte une lettre d'amour dédiée à tous les adolescents qui en arrachent, ainsi qu'une lettre d'amour à ceux et celles qui grandissent en espérant vivre dans un endroit plus calme.

--

The small town of Anacortes, Washington is said to have some sort of magical power which makes itself most obvious during the summer. Somehow many creative people from all over the globe find themselves passing through, often making arrangements for a future, longer visit. Gus Franklin, an innovative Australian musician living in Melbourne, spent the summer of 2008 as the artist in residence at the Department of Safety (a legendary music venue in Anacortes' old firehouse/police station). He stayed in touch and came back to town for large chunks of 2009 and 2010.

Geneviève Castrée (Ô PAON) had the idea that she wanted to work on a record with Gus and another friend of theirs, the Canadian artist Nicholas Krgovich. Both Gus and Nick have established themselves as stellar pop music producers with their own projects but Geneviève's style tends to be all over the place and raw. Somehow this combination and challenge sounded fun to all. Initially, a few ideas were thrown about, but the unavoidable brutality which hides behind much of Ô PAON's work took over. The songwriting was inspired by the most surrealistic times in the life of a teenager, the difficult moments as well as the ecstatic ones. All the lyrics were written from the perspective of an alienated teenaged girl.

Throughout the two recording sessions there were some minor miracles. "Hors-Terre" came from the shadow of an idea looped on Gus' computer which Geneviève thought was one of her own recordings. The vocals featured on "Arbres Muets" are the first attempt at singing some words which had just been written down, this first take was kept and unchanged. Various other ghosts appear on this record due to it having been recorded at the Dept. of Safety which at the time was home to at least seven people. The second recording session had to be done at night in one of Anacortes' oldest buildings. Microphones were snuck into a yoga studio which had a piano and wide-open windows. The night wind coming from the sea was captured by the microphones.

"Quatorze/Quinze Ans" in a way is a love letter to struggling teenagers, as well as a love letter to those who grow up wanting to live in a calmer place.


abcde
prix/price
10 pouces + téléchargement/10 inch + download
13$
--

morceaux/tracks

1. C'est Grave
2. Hors-Terre
3. Manches Courtes
4. Arbres Muets


Courses
(CD/LP)
TAUS 003

Un automne, deux hivers et un été, c’est le temps qu’il aura fallu à Geneviève Castrée pour changer d’identité musicale en passant de Woelv à Ô Paon. Deux ans de gestation et quatre passages en studio à l’Hotel2Tango de Montréal pour préparer Courses. Ce nouvel opus annonce d’emblée sa différence avec les précédents albums de Geneviève, le ciel y est lourd et l’univers s’est assombri. Si les paroles sont plus graves, c’est qu’elle explore les zones d’ombre de notre société : les grandes friches industrielles, l’appât du gain, l’absurdité du pouvoir, la violence, la solitude. Savamment orchestré par Thierry Amar, qui a su non seulement ajouter une texture particulière aux chansons, mais qui s’est aussi fait le traducteur de certaines idées, Courses est un album monté en boucles, riche en répétitions vocales et musicales qui nous entraînent inexorablement là où il veut nous mener, au regard que Geneviève porte sur cette déchéance. Et toute la force de l’album est dans ce regard qui saisit l’instant (« Je t’ai vue seule et abandonnée ») sans cynisme ni jugement. La tristesse contemple la tristesse. La vie est une course perdue d’avance, semble nous dire Geneviève, mais ne pariez pas sur mon cheval, il est trop fatigué. Et quand par moments la colère l’emporte, les musiciens (Nadia Moss, Sophie Trudeau, Jonah Fortune, Julie Houle et David Payant) unissent leurs forces pour faire lever la tempête. Humains et chevaux partent alors dans un galop effréné et chaotique, sans savoir où ils vont et sans plus se soucier des obstacles.

Courses est disponible sur vinyle et sur disque compact. Comme d’habitude, la pochette est finement illustrée par Geneviève elle-même.

(texte: Antoine Peuchmaurd)

Personnel:
Geneviève Castrée: chant, guitares.
Thierry Amar: ingénieur du son, producteur, basse sur 1, contrebasse sur 4.
Nadia Moss: orgue sur 2 et 5, piano sur 8.
Sophie Trudeau: violon sur 1, 6 et 8.
Jonah Fortune: batterie sur 1 et 2.
Julie Houle: tuba sur 6.
David Payant: batterie sur 4.

--

One autumn, two winters and one summer. That is how much time it took for Geneviève Castrée to change her musical identity from “Woelv” to “Ô Paon”. Two years of gestation and four visits to Montréal’s Hotel2Tango recording studio. Courses announces from the start its difference from previous records by Geneviève. The sky is heavy and the universe got darker. The lyrics are more solemn, exploring the shadowy parts of our society: wastelands, greed, the absurdity of power, violence, loneliness. Thierry Amar expertly arranges the recordings, adding a particular texture to the songs and even playing the role of translator for certain ideas. Courses is a record built on loops, rich with vocal and musical repetitions leading us inexorably where it wants to: what Geneviève sees as this decline unfolds. She captures the moment without cynicism or judgement (« Je t’ai vue seule et abandonnée » - I saw you alone and abandoned). Sadness contemplates sadness. Geneviève seems to tell us that life is a race already lost, and wonders what we are running after, “But don’t bet on my horse, he is too tired.”. Occasionally anger takes over and the musicians (Nadia Moss, Sophie Trudeau, Jonah Fortune, Julie Houle et David Payant) unite and bring their power to raise a storm. Humans and horses speed in chaos, not knowing where they are going and not caring about obstacles.

Courses is available on vinyl and compact disc. As usual, the cover is carefully drawn by Geneviève herself and English translations are included on the lyric sheet.

(text by Antoine Peuchmaurd)

Personnel:
Geneviève Castrée: voice, guitars.
Thierry Amar: engineer, producer, bass on 1, contrabass on 4.
Nadia Moss: organ on 2 and 5, piano on 8.
Sophie Trudeau: violin on 1, 6 and 8.
Jonah Fortune: drums on 1 and 2.
Julie Houle: tuba on 6.
David Payant: drums on 4.


courses
prix/price
LP
15$


courses
prix/price
CD
$10
--

morceaux/tracks

1. Le Dernier Mot
2. Raffinerie (métal sur mer)
3. Aéroport/Évolution
4. La Cible
5. La Panne
6. La Plus Puissante du Monde
7. Sainte Patronne de Rien Pantoute
8. Chevaux
9. Les Perdants/Les Perdantes


Karl & Geneviève
(45 tours/7 inch)
TAUS 002

En 2005, Karl Blau (connu sous son propre nom) et Geneviève Castrée (connue sous le nom de Woelv à l'époque et de Ô Paon aujourd'hui) se sont réunis pour écrire des chansons scientifiques et hallucinées dans une remise derrière chez Karl. L'idée fut d'abord de faire un album complet, mais vu leurs horaires chargés (des disques, des livres, des expositions et des tournées), ils n'ont pu se rencontrer que pour enregistrer trois morceaux.

Inspirés par un goût de l'aventure, le mois d'août et les jours d'été tranquilles d'Anacortes, Karl et Geneviève nous rappellent un peu les humeurs de Brigitte Fontaine et Areski Belkacem quand ils étaient jeunes. Le partage des voix est excitant et le Français chanté de Karl est un vrai bijou.

Cet objet à tirage limité offre une pochette imprimée maison sur une presse à platine et les paroles y sont incluses en couleur.

--

In 2005, Karl Blau (known under his own name) and Geneviève Castrée (of Woelv then and of Ô Paon now) joined forces to write scientific and hallucinated songs in the garage behind Karl's house. At first the idea was to make a full album, but with their busy schedules (records, books, exhibitions and tours) they only managed to meet up for three songs.

Inspired by a taste for adventure, the month of August and the slow summer days of Anacortes, Karl and Geneviève remind us a little bit of the moods of Brigitte Fontaine and Areski Belkacem when they were young. The sharing of vocals parts is exciting, Karls' sung French lyrics are a real jewel.

Karl & Geneviève is a limited edition seven inch featuring a homemade letterpressed jacket and a full color insert.


abcde
prix/price
45 tours/7 inch
5$
--

morceaux/tracks

1. Volcanologie
2. Cryptozoologie
3. Psychiatrie


A)B)C)D)E)
(45 tours/7 inch)
TAUS 001

Cinq lettres qui font deux morceaux, "A)" et "B)C)D)E)" par "Ô PAON". A)B)C)D)E) a été enregistré à la fin du printemps il y a deux ans. La maison s'écroulait sous des connifères géants et d'une certaine façon on peut l'entendre dans l'enregistrement. Ces chansons racontent des jours d'été passés à l'intérieur, une dépression et une instabilité. Les instruments joués étaient à moitié brisés. L'harmonium et les vois pèsent, ça nous donne une ambience semblable à un bain d'encre.

De nos jours, il ya de la musique partout. Nous sommes bombardés, attaqués. Ce 45 tours aurait-il quelque chose de nouveau à nous offrir?

Oui.

"A)" est une critique de notre culture moderne. "Qui profite de nos talents?". "Ô PAON" se pose la question. "Ô PAON" fait des concerts, demande aux gens de l'écouter. "Ô PAON" fait partie de cette culture moderne, de tous ces jeunes gens qui comptent sur d'autres pour pouvoir continuer leur récit. La cigale et la fourmi. "B)C)D)E)" est l'obstacle, la dépression causée par cette quête de sens, quand on se questionne sur la valeur et la nécessité de toute forme d'art. Un désir d'avancer sans endommager les gens autour de soi. Savoir survivre. Se connaître.

--

These five letters make two songs, "A" and "BCDE" by "Ô Paon". "A)B)C)D)E)" was recorded two summers ago at home in Anacortes, WA. The house was falling apart under giant evergreen trees and somehow you can hear it in the recordings. These songs document summer days spent indoors, depression and instability. The instruments used were half-broken. The presence of the harmonium and voice take over making the atmosphere feel like a luxurious ink bath.

Music is everywhere nowadays. You are bombarded with it. Has this seven inch anything new to offer?

Yes.

"A)" is a critique of our modern culture. "Who benefits of our talents?", "Ô PAON" wonders. "Ô PAON" plays shows, asks for people to listen. "Ô PAON" is also a part of this modern culture, of all these young people depending on others to be able to continue to get by. The cicada and the ant, "B)C)D)E)" is the obstacle, the depression caused by this quest for meaning, when one questions themselves on the value and necessity of any form of art. A desire to achieve without dammaging the humans around us. Knowing how to survive. Knowing yourself.


abcde
prix/price
45 tours/7 inch
$5
--

morceaux/tracks

a) masques
b) tout le monde est déprimé on dirait
c) on ne sait plus quoi faire de sa peau
d) le fond
e) enterrrement / épanouissement

(translation)

a) masks
b) everyone is depressed it seems
c) we don't know what to do with ourselves anymore
d) the bottom
e) burial / blossoming